Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 11:12
Attentats de Bruxelles et de Londres: le bureau national de l'UGF exprime sa solidarité

Communiqué:

 

Le bureau national et le comité d'honneur de l'UGF, expriment une solidarité totale auprès de nos amis belges et britanniques, suite aux attentats de mars 2016 et mars 2017.

Le terrorisme na passera pas! 

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 18:21
Monsieur Stéphane Galardini, président national de l'UGF

Monsieur Stéphane Galardini, président national de l'UGF

Communiqué:

 

Depuis quelques jours, le président national de l'UGF est sollicité pour savoir ce qu'il pense du projet d'une "VIème République".

Veuillez trouver ci-dessous, sa réponse.

----------------

"Plus que jamais, j'affirme que la Vème République, voulue par le général de Gaulle, convient parfaitement à notre France".

"Il faut simplement être à la hauteur de la fonction. De Gaulle au pouvoir, ce n'était pas de l'incantatoire, mais bel et bien des décisions pragmatiques et courageuses, prises pour l'ensemble des français".

"Mais permettez-moi de préciser ma pensée... lorsque le cavalier est mauvais, ce n'est pas le cheval qu'il faut changer!".

 

 

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 19:23
Décès de Monsieur Louis CORTOT, Compagnon de la Libération.

Communiqué:

 

C'est avec une profonde tristesse et émotion, que nous apprenons ce jour, le décès de Monsieur Louis CORTOT, Résistant et Compagnon de la Libération.

-------------------

Né le 26 mars 1925, il allait fêter son 92ème anniversaire à la fin de ce mois.

Entré dans la Résistance début 1941 à l'âge de quinze ans, il fut grièvement blessé lors des combats de la libération de Paris en août 1944.

Le 11 novembre 1944, sous l'Arc de Triomphe, il est décoré de la Croix de la Libération par le Général de Gaulle.

Louis Cortot était:

 
- Grand Officier dans l’Ordre National de la Légion d'Honneur
- Compagnon de la Libération - décret du 8 novembre 1944

 Croix de Guerre 1939-1945 avec palme
 Croix du Combattant Volontaire 1939-1945
 Croix du Combattant Volontaire de la Résistance 
 Croix du Combattant 1939-1945.

Ils ne sont plus désormais, que douze Compagnons encore parmi nous.

1 061 Croix de la Libération ont été conférées, 1 038 à des personnes physiques dont 270 à titre posthume, 18 à des unités combattantes et 5 à des communes françaises.

Le bureau national et le comité d'honneur de l'UGF, présentent leurs plus sincères et émues condoléances à la famille et aux proches.

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 18:51
Image aléatoire d'un char de la seconde guerre mondiale.

Image aléatoire d'un char de la seconde guerre mondiale.

Après sept ans de travail, le MM Park ouvre ses portes au public ce mercredi à la Wantzenau, dans le Bas-Rhin. Le fondateur du musée, Eric Kauffmann, est un passionné.

Un Alsacien ouvre son musée ce mercredi. 7.000 m2 entièrement consacrés à la seconde guerre mondiale, le MM Park à la Wantzenau. Eric Kauffmann collectionne depuis tout petit les objets de cette période et notamment les uniformes, les armes, les véhicules blindés et même les chars. Une collection de toute une vie, avec plus de 120 véhicules, un bateau et un avion, rassemblée et présentée au public.

Ouvert tous les jours de 9h à 19h. Tarifs: 9EUR pour un adulte et 4EUR pour les moins de 18 ans.

Qu'on se le dise!

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 19:51
Décès de Monsieur Paul CHOUTEAU, membre du Commando KIEFFER.
Décès de Monsieur Paul CHOUTEAU, membre du Commando KIEFFER.
Décès de Monsieur Paul CHOUTEAU, membre du Commando KIEFFER.

L’on a appris, auprès du Musée des fusiliers marins et commandos et de la préfecture du Calvados, la disparition de Paul Chouteau, l’un des derniers membres du Commando Kieffer ayant débarqué sur la plage « Sword », en Normandie, le 6 juin 1944.

Né le 3 mars 1922 à Gray (Haute-Saône), Paul Chouteau se destinait à exercer le métier de peintre en bâtiment quand il décide de s’engager, à l’âge de 17 ans, dans la Marine nationale. Après avoir été breveté canonnier le 11 novembre 1939, il est affecté à bord de navires assurant la protection des convois en mer du Nord.

En juin 1940, alors que les armées françaises cèdent devant l’avancée allemande, le jeune marin embarque à bord de l’aviso « Commandant Dominé », entré en service quelques mois plus tôt. Mais le bâtiment sera capturé par les Britanniques, qui le remettront plus tard aux Forces navales françaises libres (FNFL).

Quant à Paul Chouteau, et comme l’ensemble de ses camarades, il se retrouve interné au camp d’Aintree, près de Liverpool. Là, il aurait pu choisir de rejoindre la France Libre… Mais il en fera autrement. Renvoyé en France à sa demande, il ne tarde pas à regretter sa décision. Après diverses affectations, notamment en Afrique du Nord, il finit par embarquer à bord du croiseur « Émile Bertin », qui se trouve alors aux Antilles françaises.

Là, en avril 1943, et avec un camarade, il déserte et s’enfuit à bord d’un kayak pour rejoindre Sainte-Lucie. Le tout avec une météo difficile et des creux de 6 à 8 mètres. Les deux hommes finiront par atteindre le Royaume-Uni à bord d’un navire américain. À Londres, Paul Chouteau s’engage dans les FNFL et intègre le 1er Bataillon de Fusiliers-Marins Commandos de la France Libre du commandant Philippe Kieffer.

À l’issue d’un rude et rigoureux entraînement en Écosse, il est affecté à la No. 8 Troop (1ère compagnie). C’est avec elle qu’il débarquera le 6 juin 1944 sur la plage de Sword, avec 40 kg de matériel sur le dos. « C’était lourd pour marcher. Mais on n’avait pas peur », témoingera-t-il, en 2014, dans les colonnes d’Ouest France. « Il n’y avait personne devant, les balles sifflaient. On est tombé directement dans les barbelés. Tout était bouclé », ajoutera-t-il.

La mission de la No. 8 Troop est alors de neutraliser une batterie d’artillerie allemande. Seulement, Paul Chouteau, ayant reçu 5 éclats d’obus dans le dos, ne l’atteindra pas. Il sera évacué en Angleterre. Mais pas pour longtemps car un peu plus d’un mois plus tard, il retrouve le Commando Kieffer en Normandie. Puis il ira ensuite combattre aux Pays-Bas, où, d’après lui, « c’était aussi dur que le 6-Juin ».

Démobilisé en 1945 avec le galon de quartier-maître, Paul Chouteau s'installe à Paris et entame une nouvelle carrière dans la Police. Très discret sur ce qu'il a vécu avec le Commando Kieffer. Il était Officier de la Légion d'Honneur, titulaire de la Médaille Militaire et de la Croix de Guerre avec étoile d'argent.

Le bureau national de l'UGF présente ses plus émues et attristées condoléances.

 

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 17:54
Annecy: Mini-musée privé sur le général de Gaulle, cherche lieu d'exposition pour le public!Annecy: Mini-musée privé sur le général de Gaulle, cherche lieu d'exposition pour le public!

Un ancien chef d'entreprise d'Annecy a consacré l'un des hangars de son usine à un petit musée consacré au général de Gaulle. Passion familiale, la figure du chef de la France libre puis chef de l'Etat y est célébrée sous la forme d'objets plus ou moins rares dont des lettres autographes. Aujourd'hui, Joseph Tissot aimerait que sa collection puisse être montrée au grand public.

Pour la famille Tissot, le nom de Charles de Gaulle (1890-1970) n'appartient pas au passé. Pour ces gaullistes de grand-père en petit-fils, la stature de l'homme du 18 juin dépasse les querelles politiques. Depuis plusieurs décennies, chez les Tissot, on collectionne, on rassemble, on réunit tout ce qui a trait à l'ancien chef de l'Etat.

Il y a donc des objets historiques comme le micro qui lui servit en 1944 pour se faire entendre lors de son fameux discours de Brazzaville mais aussi des souvenirs plus kitsch, comme ces bustes au profil plus ou moins ressemblant.
"Il avait les mots et les gestes !"  s'enthousiasme le collectionneur. "On le regarde encore aujourd'hui, il faut voir comment il parle ! Comment il savait parler ! Personne ne lui ressemble aujourd'hui, je crois..."

Tout cela est aujourd'hui présenté dans des vitrines qui occupent un hangar de l'ancienne usine annécienne de Joseph Tissot, aujourd'hui chef d'entreprise à la retraite. Il entretient sa collection exempte de tout grain de poussière, mais voudrait aujourd'hui lui trouver un nouveau lieu d'exposition, cette fois apte à recevoir du public. 
Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 15:10
Ordre de la Libération: Le Général Christian BAPTISTE succède au Colonel Fred MOORE.Ordre de la Libération: Le Général Christian BAPTISTE succède au Colonel Fred MOORE.

Communiqué:

Le bureau national de l'UGF présente tous ses voeux de succès au Général Baptiste.

------------------------------------------------------

Pour la première fois de son histoire, l’Ordre de la Libération ne sera pas représenté par un Compagnon mais par une personnalité extérieure à cette institution prestigieuse, créée il y a 76 ans par le général de Gaulle.

Le général de division (2s) Christian Baptiste, directeur du Musée de l’Armée depuis six ans, a été nommé mercredi 11 janvier 2017, délégué national du Conseil national des communes « Compagnon de la Libération » par un décret du Président de la République François Hollande.

Le général Baptiste succède à Fred Moore, septième et dernier chancelier de l’Ordre de la Libération d’octobre 2011 à novembre 2012. A cette date, Fred Moore avait été nommé délégué national du Conseil national des communes « Compagnon de la libération », créé pour assurer la pérennité de l’institution avec la disparition des derniers Compagnons.

Actuellement, il ne reste plus que 14 Compagnons en vie sur un total de 1.038. Le plus jeune, Louis Cortot est âgé de 91 ans. Le doyen est Guy Charmot, 102 ans.

L’Ordre de la Libération tourne ainsi une nouvelle page de son histoire. Il avait été fondé par le général de Gaulle le 16 novembre 1940. Le chef de la France Libre entendait ainsi « récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l’oeuvre de libération de la France et de son Empire ». Cet ordre comporte un seul grade. Ses titulaires ont droit au titre de Compagnon de la Libération. Le général de Gaulle en a été le seul grand maître. Les sept chanceliers de l’ordre, tous Compagnons, ont toujours été élus par leurs pairs.

700 Compagnons ont survécu à la guerre

Parmi les 1.038 Compagnons, 65 ont été tués avant le 8 mai 1945 alors qu’ils étaient déjà Compagnons, et 271 ont reçu cette distinction à titre posthume. Quelque 700 Compagnons ont survécu à la guerre. La croix de la Libération a également été décernée à 18 unités militaires et à cinq communes : Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors, Ile de Sein.

La croix de la Libération est un écu de bronze rectangulaire portant un glaive, surchargé d’une croix de Lorraine avec au revers la devise : “Patriam servando victoriam tulit » (En servant la Patrie, il a remporté la Victoire). Le ruban de la décoration symbolise l’état de la France en 1940, alliant le noir du deuil au vert de l’espérance (voir photo de la Croix de la Libération).

Un parcours hors norme dans l’armée française

Récemment, le colonel honoraire Fred Moore, 96 ans qui avait participé à la libération de Paris en août 1944 dans les rangs de la 2e DB, a démissionné en raison de son grand âge. Son successeur, le général Christian Baptiste, a été élu à l’unanimité par les 14 derniers Compagnons pour représenter l’ordre.

A 62 ans, le général Baptiste, va boucler un parcours hors norme dans l’armée française puisqu’il a commencé sa carrière comme deuxième classe en 1975 pour atteindre les trois étoiles de général de division en 2010.

Le général Baptiste est passé par l’Ecole militaire interarmes (EMIA) de Coëtquidan dans la « promotion lieutenant-colonel Broche » (Compagnon de la Libération, tué en juin 1942 à Bir Hakeim). Il a assuré plusieurs commandements dans les régiments de parachutistes de l’infanterie de marine, occupé deux postes dans des armées africaines au titre de l’Assistance militaire technique, été attaché de défense à l’ambassade de France à Tel Aviv.

Homme de communication, il a été directeur du département médias de la Délégation à l’information et à la communication de la Défense (Dicod), conseiller pour la communication de deux chefs d’état-major des armées, puis porte-parole adjoint du ministère de la Défense.

Durant les six années passées à la tête du Musée de l’Armée aux Invalides à Paris, le général Baptiste a modernisé et développé ce grand établissement. En 2014, le Musée de l’Armée a ainsi accueilli 1,5 million de visiteurs, contre 800.000 au début des années 2000. Ce musée est ainsi devenu le 5ème de France, derrière le Louvre, Versailles, Beaubourg, Orsay et devant Branly.

« J’ai toujours voulu intéresser le grand public à son histoire pour maintenir l’esprit de défense », a expliqué le général Baptiste à « L’Essor ». La dernière exposition temporaire en cours « Guerres secrètes » a déjà reçu 100.000 visiteurs. « Je souhaite faire évoluer l’Ordre de la Libération vers ce qui a été fait au Musée de l’Armée, à savoir un outil pédagogique ».

L’Ordre de la Libération est également installé dans l’Hôtel des Invalides où il propose un musée, rouvert en mai 2016 après quatre ans de travaux. Deux mille objets (uniformes, armes, drapeaux, photos, dessins, médailles …) sont présentés sur 1.200 mètres carrés en trois parties : la France Libre, la Résistance intérieure et la Déportation.

-------------------------------------------

La dernière fois que le président national de l'UGF avait rencontré le Chancelier Fred Moore, c'était le 06 juillet 2016, en compagnie du premier vice-président national Claude Bartos, au siège de la Chancellerie aux Invalides. Le diplôme du 30ème anniversaire de la création de notre association nationale, lui avait alors été remis, après plus d'une heure et demie d'entretien.

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 21:21
Le Premier vice-président national, Claude BartosLe Premier vice-président national, Claude Bartos

Le Premier vice-président national, Claude Bartos

Communiqué:

 

Cher(e)s ami(e)s,

 

Le bureau national est particulièrement heureux de vous annoncer, que, aujourd'hui, le Premier vice-président national de l'UGF, Claude Bartos, à été élu représentant suppléant des participants, au Conseil d'administration de la Fondation de la France Libre, pour un mandat de 4 ans.

Nous le félicitons tous très chaleureusement, et nous nous réjouissons grandement de cette belle opportunité avec la Fondation.

 

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 15:51
Le Premier vice-président national Claude Bartos et le président du Sénat, Gérard Larcher
Le Premier vice-président national Claude Bartos et le président du Sénat, Gérard Larcher
Le Premier vice-président national Claude Bartos et le président du Sénat, Gérard Larcher
Le Premier vice-président national Claude Bartos et le président du Sénat, Gérard Larcher

Le Premier vice-président national Claude Bartos et le président du Sénat, Gérard Larcher

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 15:27
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016
Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016

Les photos de la cérémonie du 26 novembre 2016

Communiqué:

 

Cet après-midi, le Président national de l'UGF, Chancelier des "Mémoires du Mont-Valérien", accompagné du premier vice-président national, Claude Bartos, s'est rendu au prestigieux siège de la Fondation des Gueules Cassées, union des blessés de la Face et de la Tête, Paris VIII, afin d'assister à la cérémonie de remises des décorations de l'association nationale "Franco-Britannique des Anciens Combattants", présidée par Monsieur René Tollemer.

Pour l'histoire, la "Franco-Britannique" a été fondée en 1933 par la Reine Mère d'Angleterre, et placée sous le haut patronage de deux Présidents de la République Française. Elle est enregistrée au Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants, elle est également membre de la Fédération Maginot. Son but est d'entretenir les liens d'amitié entre nos deux Nations, tissés à l'occasion des deux conflits mondiaux.

Parmi les personnalités présentes, on peut citer entre autres, les membres du bureau de la "Franco-Britannique", le directeur de la Fondation des Gueules Cassées, l'administrateur de la Fédération André Maginot, représentant le président, le directeur de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre de Paris, représentant le Secrétaire d'Etat aux Anciens Combattants. 

A cette occasion, le Président national de l'UGF, ainsi que le Président national des "Mémoires du Mont-Valérien", Monsieur Alain Faber, se sont vu remettre le diplôme d'honneur par le Président national, René Tollemer.

Ce fut une superbe cérémonie, placée sous le sceau de nos valeurs communes, qui renforce notre partenariat.

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)

Rechercher