Union des Gaullistes de France (UGF)

Union des Gaullistes de France (UGF)

Association fondée en novembre 2009 et enregistrée à la Préfecture de Police de Paris. Objet: faire vivre les idées et l'oeuvre du Général de Gaulle, chef de la France Libre et président de la République française. L'UGF est parrainée par des sénateurs, membres de l'amicale gaulliste du Sénat. L'UGF est placée sous le haut patronage de Monsieur Raymond Sasia (Ancien officier de sécurité du Général de Gaulle, inspecteur général honoraire de la Police nationale, commandeur de la Légion d'honneur et de l'ordre national du Mérite, 1ère classe d'honneur de la Légion étrangère) et précédemment sous le haut patronage du Général d'Armée Albéric Vaillant † et du Général de corps d'Armée Jean Combette † Siège social et administratif sis au : 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 Paris / Courriel: secretariatUGF@outlook.fr


Essayer de comprendre le "gaullisme social"

Publié par Secrétariat de l'Union des Gaullistes de France sur 16 Février 2010, 20:22pm


undefined





Etymologie : dérivé du nom du général Charles De Gaulle (1890-1970)

Le gaullisme est l'ensemble des conceptions et des attitudes politiques des gaullistes. Les gaullistes sont les partisans du général De Gaulle, ceux qui ont adopté ses idées ou qui s'en sont inspirés, que ce soit :
  • - pendant la Seconde guerre mondiale où il a dirigé "La France libre" en Angleterre,
  • - pendant le gouvernement provisoire de la France qu'il présida, de 1944 à 1946,
  • - durant son éloignement des affaires publiques de 1946 à 1958 (création du "Rassemblement du peuple français", R.P.F. en 1947),
  • - lors de son retour entre 1958 et 1969 (Constitution de la Ve République, décolonisation, réconciliation franco-allemande...),
  • - dans ses écrits.

Le premier élément de définition du gaullisme social réside donc  dans un projet de démocratie social n’embrassant pas complètement le libéralisme, tout en tentant de rassembler les français au delà du clivage politique gauche-droite. Jacques Chaban-Delmas (en photo), représentait en effet cette vision du gaullisme, formé à l’école du radical-socialisme au crépuscule de la IIIème République il n’hésita pas à collaborer avec des hommes plus proches de la gauche comme son conseiller Jacques Delors, futur leader socialiste.

Philippe Seguin se reconnaît dans cette acceptation du gaullisme social, homme politique indépendant il n’hésita pas à voter aux côtés de la gauche en 1981 lors de l’abrogation de la peine de mort et développa une fibre sociale importante lors de son séjour au ministère des affaires sociales de 1986 en 1988.

Le gaullisme est donc une synthèse entre divers courants de pensée contradictoires, il n'est pas l'un d'eux. Il n'est pas un courant de la droite, — pour prendre un langage commode en matière politique — ni la droite tout entière, pas plus qu'il n'est à gauche. Il est la synthèse entre la droite et la gauche.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents