Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 06:30

174771_mon-general-de-marcel-zang-a-l-art-studio-theatre.jpg

 

Evénement / Théâtre / Création!:
Marcel Zang
L'ART STUDIO THÉÂTRE
a le plaisir de vous présenter la création de son spectacle
"Mon Général"
de Marcel Zang

mise en scène de Kazem Shahryari
avec Alain Dzukam, Lélé Matelo, Odile Roig, Basile Siékoua, Paul Soka, Tadie Tuene
Une tragi-comédie où se croisent la petite et la grande histoire, qui parle de l'Afrique, des Africains et du Général de Gaulle. Une histoire universelle totalement ignorée.
du 22 novembre au 21 décembre 2012
les jeudis, vendredis et samedis à 20h30

Contact et réservations: Marie-Isabelle Boula de Mareuil
01 42 45 73 25 ou mediation@artstudiotheatre.org

Art Studio Théâtre
299, rue de Belleville - 75019 Paris, entrée par le 120 bis, rue Haxo
M° Télégraphe ou Porte des Lilas
http://www.artstudiotheatre.org/

"Mon Général" est une tragi-comédie en trois actes où se croisent la petite et la grande histoire, dont l’action se passe dans les années 70 à Paris, qui parle de l’Afrique, des Africains, des anciens combattants, du Général de Gaulle, des indépendances africaines, des « travailleurs immigrés », de la guerre d’Algérie, des Français, des Blancs et des Noirs, de l’amour... et du désamour.


Comme son père – « tirailleur sénégalais » qui a fait les deux grandes guerres mondiales et combattu dans les corps d’armées d’Afrique de la 2ème Division blindée du colonel Leclerc – le camerounais Augustin, dit « Mon Général », voue un véritable culte au Général de Gaulle. Cet amour pour le Général le conduira en France « parmi les siens » ; et, de désillusions en déchéances physiques et morales, il n’aura plus que ses compatriotes pour l’entourer et le soutenir dans sa folie.


Le parcours d’Augustin retrace une histoire universelle totalement ignorée. Il laisse percevoir les rêves, les peurs et rancœurs qui habitent les travailleurs venus d’Afrique noire et d’Algérie au lendemain des indépendances. Véritable figure tutélaire, le Général de Gaulle hante les discours des personnages tel un spectre glorieux, pour certains, comme une ombre encombrante, pour d’autres. Comment s’approprier l’histoire, la langue et l’avenir d’un pays loué par la génération des pères lorsque le présent ne coïncide plus avec les chants passés ? Avec force et humour, Marcel Zang donne corps et voix à ces destins qui se croisent dans la nuit parisienne pour partager leurs doutes et négocier l’espoir.

Quelques notes pour la mise en scène
L’auteur nous emmène au travers de la langue française vers une histoire méconnue, voire ignorée…Une Afrique ou plutôt des « Afriques » demeurent dans les bas-fonds d’une histoire qui est à la fois imposée et subie… Le tout et chaque instant sont soutenus par les voix et les images de deux personnages mythiques : le Général De Gaulle et Marlene Dietrich…


Le rêve ou la réalité, l’imaginaire ou l’histoire font partie des ingrédients d’un monde dominé et débrouillard qui se vit au cœur même d’une société qui s’oublie… Dans cet univers, il n’y a ni femme ni homme mais les restes des femmes et les restes des hommes… La femme est présente sous deux personnages, deux prostituées dont l’une est muette… Et les hommes survivent pour oublier quelque chose d’imposant… Dans ce monde, l’impuissance est le fruit de l’activité d’une fierté sans inspiration… La présence des films historiques et cinématographiques est aussi nécessaire que celle des ombres des personnages… car les uns comme les autres, ils poursuivent et assombrissent autant les personnages qu’ils leur rendent l’aisance à croupir. La lumière de ce spectacle peut être uniquement les séquences documentaires et cinématographiques qui incarnent la puissance et la beauté du XXème siècle pour rendre observable ce qui éch appe aux personnages de Marcel Zang, rendre observable ce qui nous échappe…


Kazem Shahryari

Partager cet article

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)

Rechercher