Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 12:31

Marcel Albert, as du régiment de chasse Normandie-Niémen et Compagnon de la Libération, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 92 ans dans une maison de retraite à Harlingen (Texas), a annoncé mardi l'Ordre de la Libération.

Après son décès, il ne reste plus que 39 survivants de cet ordre créé en novembre 1940 par le général de Gaulle et un seul pilote du Normandie-Niémen Compagnon de la libération, Roland de La Poype, 90 ans.

Né le 25 novembre 1917 à Paris (XIIIe), Marcel Albert travaille très jeune comme ouvrier métallurgiste aux usines Renault. Passionné d'aviation, il obtient en juillet 1938 son brevet de pilote militaire et entre dans l'armée de l'air. Le 14 mai 1940, il abat un appareil allemand lors de la campagne de France. Affecté en Afrique du Nord après la défaite, Marcel Albert profite d'un exercice de vol pour rejoindre Gibraltar en octobre 1941 avant de gagner la Grande-Bretagne en décembre 1941 pour s'engager dans les Forces aériennes françaises Libres (FAFL).

Après un passage dans la Royal Air Force, il se porte volontaire en octobre 1942 pour le front soviétique dans le groupe de chasse Normandie alors en formation.
Le 16 juin 1943, il remporte sa première victoire aux commandes d'un Yak. Pilote exceptionnel et meneur d'hommes, il va alors enchaîner les victoires, dont sept pour le seul mois d'octobre 1944.

Au sein du prestigieux régiment de chasse Normandie-Niémen (273 victoires, unité faite Compagnon de la Libération et qui comptera 21 Compagnons de la Libération), Marcel Albert obtient 24 victoires aériennes homologuées aux commandes de son Yak, devenant le deuxième as français de la Seconde Guerre mondiale derrière Pierre-Henri Clostermann (33 victoires).

Promu capitaine en décembre 1944, il termine la guerre à 28 ans avec la cravate de commandeur de la Légion d'honneur, la Croix de la Libération et la décoration - accordée au compte-gouttes aux étrangers - de Héros de l'Union soviétique.

Avec d'autres pilotes survivants du Normandie-Niémen (42 tués sur 97), il rejoint la France le 20 juin 1945 aux commandes de son Yak 3 en se posant au Bourget au milieu d'une foule immense. Le maréchal Staline avait fait don aux pilotes du Normandie-Niémen de leur Yak pour regagner la France.

Marcel Albert avait quitté l'armée en 1948 avec le grade de capitaine et s'était installé aux Etats-Unis où il avait créé une chaîne hôtelière dans les années 50.
Elevé le 12 avril 2010 à la dignité de grand'croix de la Légion d'honneur, il était notamment titulaire de la Croix de guerre 39-45 avec 15 palmes et 3 étoiles de vermeil et de la Médaille de la résistance avec rosette. Il était également décoré de trois distinctions soviétiques : Ordre de Lénine, Ordre du Drapeau rouge et Ordre de la Guerre pour le Salut de la patrie.

Le bureau exécutif de l'UGF, adresse ses plus attristées condoléances, à la famille et aux proches, de Monsieur Marcel Albert.

Partager cet article

Repost 0
Published by Union des Gaullistes de France (UGF)

Rechercher