Union des Gaullistes de France (UGF)

Union des Gaullistes de France (UGF)

Association fondée en novembre 2009 et enregistrée à la Préfecture de Police de Paris. Objet: faire vivre les idées et l'oeuvre du Général de Gaulle, chef de la France Libre et président de la République française. L'UGF est parrainée par des sénateurs, membres de l'amicale gaulliste du Sénat. L'UGF est placée sous le haut patronage de Monsieur Raymond Sasia (Ancien officier de sécurité du Général de Gaulle, inspecteur général honoraire de la Police nationale, commandeur de la Légion d'honneur et de l'ordre national du Mérite, 1ère classe d'honneur de la Légion étrangère) et précédemment sous le haut patronage du Général d'Armée Albéric Vaillant † et du Général de corps d'Armée Jean Combette † Siège social et administratif sis au : 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 Paris / Courriel: secretariatUGF@outlook.fr


Origine de la Croix de Lorraine: explications

Publié par Union des Gaullistes de France (UGF) sur 2 Août 2010, 10:38am

UGF-2.JPG

 

 

Par Jean-Philippe SECORDEL-MARTIN, Conseiller Culturel de l'UGF

 

La croix de Lorraine (croix d'Anjou) à double traverse figure dans la symbolique de la famille des ducs de Lorraine depuis 1473, sous le règne de René II, fils de Yolande d'Anjou. Elle servit de signe de ralliement à la bataille de Nancy en 1477.

Elle représenterait un reliquaire contenant une parcelle de la vraie croix, vénéré par les ducs d'Anjou depuis Louis Ier (1339-1384) qui le fit broder sur sa bannière. Ce reliquaire, conservé à Baugé, avait un double croisillon. Les origines de cette croix demeurent cependant mystérieuses. De nombreuses suppositions ont été émises à son sujet :

Dite "croix des grecs" parce que ces derniers l'ont souvent dessinée, gravée ou sculptée, la symbolique de cette croix serait sujette à diverses interprétations. Ainsi, au XVIIIe siècle, P. Menestrier écrivit que le croison supérieur représente la croix de Notre-Seigneur et le croison inférieur celle de Saint-Pierre. Christian Pfister, quant à lui, estime que la traverse supérieure représente l'écriteau cloué sur le bois de torture. Il pense donc que la croix de Lorraine proviendrait de Jérusalem, dessinée à partir de la croix latine (comme nombre de croix). Ainsi, beaucoup d'historiens estiment que ce symbole a été ramené des croisades par Godefroy de Bouillon.

Ce n'est pas le cas de Pierre Marot, qui remarque que la croix à double traverse remonte au XIIe siècle au moins dans les armoiries des rois de Hongrie. Yolande, mère de René II, est descendante de la maison d'Anjou qui se réclame de la famille des rois de Hongrie. Le père de Yolande, René Ier, duc d'Anjou, aurait repris à son propre compte la croix à double traverse et en changea la couleur (hypothèse confirmée pas quelques écrits et un bouclier exposé dans la chapelle Saint-Maurice d'Angers).

Si l'on trouve des exemples de croix à double traverse dès le début du XIVe siècle en Lorraine (notamment dans un acte datant de 1326), il n'en reste pas moins que c'est René II (1445-1508) qui, s'en servant comme signe de ralliement en opposition à la croix de Saint-André arborée par les bourguignons à la bataille de Nancy en 1477, lui donna pour la première fois une aura particulière : vénérée depuis lors par les lorrains, cette croix devint beaucoup plus tard le symbole de la France Libre, grâce au capitaine de corvette Thierry d'Argenlieu qui écrivit au Général de Gaulle qu'il fallait aux français libres un emblème pour lutter contre la croix gammée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents